Comment l'introduction du rugby à 7 aux Jeux Olympiques de Rio a tué le rugby à XV en chine
Auteur: Hinato
Publié le: 11/07/2016


1520202983-192127zzgetty20093249640k.jpg
L'ancien international Zhang Zhiqiang, plus grand joueur de l'histoire du rugby chinois!

Cette année aura lieu pour la première fois un tournoi à 7 de rugby lors des Jeux Olympiques de Rio de cet été. A l'heure où l'on prétend que la rapide popularité du sevens permet à son cousin, le rugby à XV, de s'implanter un peu partout en Asie, est-ce réellement le cas? Si l'on prend celui de la Chine, montré souvent en premier, en raison de sa population et de son potentiel économique, c'est en fait l'exact opposé...

Petit historique du rugby en Chine pour commencer. Ce sport fait son apparition en 1867 lors que le premier club de rugby-football (pas de règles distinctes entre des deux disciplines à l'époque)  est crée à Shangai par des expatriés. En 1875, le premier match de rugby moderne est joué dans la ville chinoise mais il faudra attendre 1904 pour que le premier club de rugby officiel,Shangai Rugby Football Club, voit le jour. Le rugby connait son âge d'or dans la ville dans les années 1920-1930, mais les clubs sont composés exclusivement d'étrangers.

Les troupes occidentales basés à Shangai fournissaient l'opposition pour le club local. Prospère des années 20 aux années 30 dans la ville chinoise, le rugby va ensuite décliner suite à la seconde guerre mondiale et surtout la fondation de la République populaire de Chine, qui va interdire ce sport à partir de 1950. Il faudra attendre 1990 pour voir le rugby faire son retour au pays. Et ce ne sera pas à Shangai mais à Pékin, que le premier club de rugby à XV de la nouvelle ère est crée, China Agriculture University. Ce sport revient donc par le niveau scolaire.

En 1991, le pays ne compte encore que 30 licenciés! Mais les expatriés se mettent aussi à recréer des clubs au milieu des années 90, à l'image de celui de Shangai Hairy Crabs Rugby Club. Outre les universités et les clubs d'étrangers, le rugby perce aussi à l'armée. Contrairement à la période dorée de Shangai (années 1920 aux années 1930), la discipline concerne cette fois-ci de nombreux habitants locaux. Une base assez suffisante de joueurs chinois permet ainsi au pays d'avoir enfin sa sélection de rugby à XV en 1997. La Chine débutera son histoire par une défaite contre Singapour (33 à 03), le 1er novembre 1997, mais remportera son premier succès historique face à l'Inde (42 à 13), le 30 octobre 1998.

Rapidement, le pays monte les échelons et s'installe assez rapidement dans les meilleures équipes nationales du continent asiatique. A cette époque, la Chine compte dans ses rangs un célèbre joueur, l'ouvreur Zhang Zhiqiang. Passé par 
China Agriculture University, il sera devenu le premier joueur chinois de rugby à évoluer à l'étranger: Sunnybank (2000-2001) enAustralie et surtout Leicester Tigers (2003-2004) en Angleterre.

Capitaine de sa sélection à XV de 1998 à 2008, il aura également fait parler de lui avec la sélection chinoise de rugby à 7, avec qui il aura marqué le mythique Hong Kong Sevens, étant pendant une période le recordman d'essais de ce tournoi avec ses 25 inscrits! 37ème nation mondiale au début des années 2000 notamment, la Chine a alors de grosses ambitions pour l'avenir comme l'explique son sélectionneur Liu Yong en 2006.

"Nous avons parcouru un long chemin depuis notre premier match international en 1997. Nous avons maintenant une bonne chance d'être classé troisième en Asie et je crois que dans dix ans (en 2016), nous serons capables de rivaliser avec le Japon et laCorée du sud." Des paroles également reprises par Jamie Scott, secrétaire général de l'Asian Rugby Football Union en 2006.

La sélection se base alors sur les joueurs chinois de Guangzhou et de China Agricultura University, le PLA de Guangzhouévoluant à cette époque dans le championnat hongkongais de rugby. Mais 2009 va être une année fatale pour le rugby à XV chinois. En octobre de cette année-là, le CIO (après vote) valide l'entrée du rugby à 7 aux Jeux Olympiques de Rio de 2016.Bernard Lapasset, président de l'IRB et fou de joie, aura ces mots:

"C'est un moment historique pour notre sport et pour la famille entière du rugby qui a été d'un grand soutien. Nous sommes honorés et heureux de rejoindre les Jeux Olympiques. Je voudrais remercier les membres du CIO qui ont compris que le rugby à 7 représentait parfaitement les valeurs de l'olympisme." Bernard Lapasset ne le sait pas, mais l'introduction du rugby à 7 auxJeux Olympiques va tuer le rugby à XV en Chine. Changement de cap total pour la Chinese Rugby Football Association, la fédération chinoise de rugby. La priorité va être donné au rugby à 7.

Les résultats désastreux de la sélection à XV chinoise vont très vite suivre avec notamment des branlées historiques encaissées face à l'Inde (94 à zéro) en 2010 et notamment la Malaisie (89 à zéro) en 2012. Alors qu'elle logeait pendant un long moment en deuxième division asiatique, la Chine évolue désormais en quatrième division asiatique... Le pays est désormais ainsi aujourd'hui 69ème nation au classement World Rugby, placé entre le Vénézuéla et la Papouasie-Nouvelle-Guinée...

Zhang Zhiqiang, l'ancien grand international chinois de rugby, explique ce désastre. "Notre système national est axé sur une stratégie olympique et comme le sevens est une épreuve olympique, il attire plus d'attention que le XV. De 1990 à 2005, lorsque nous avons joué le rugby à XV, nous étions parmi les trois meilleures nations en Asie. Notre meilleur classement mondial était 37ème. Mais plus tard, nous nous sommes tournés vers le sevens et nos résultats à XV ont empiré."

Pour Mr Xu, professeur à l'université d'Hong Kong, les intentions des dirigeants communistes ne sont certainement pas populariser le rugby en Chine et d'y créer une culture comme chez son voisin japonais. "Même si la sélection remporte une médaille, je ne pense pas que ça en fera un sport populaire en Chine." Le professeur Xu compare en effet l'appui du pays au rugby à celui officiel au base-ball quand ce dernier était un sport olympique entre 1992 et 2008.

"Si le rugby à 7 est abandonné par le CIO, le gouvernement s'en désinterresera immédiatement comme il l'a fait avec le base-ball. Il n'est pas question de plaisir ou de joie personnelle, il est juste celui de poursuivre le rêve de médaille d'or olympique du président Xi Jinping." Si le rugby à 7 a encore de l'avenir tant que sa discipline sera présente aux Jeux Olympiques, le rugby à XV chinois meurt peu à peu. La fédération chinoise de rugby impose ainsi depuis 2011 aux clubs de ne plus pratiquer que le rugby à 7, au détriment du rugby à XV, laissé pour compte...

ASIE RUGBY
L'actualité du rugby asiatique


     visiteurs
       
Crée en 2015, Asie Rugby (à l'origine Corée rugby) était un site dédié au rugby sud-coréen. Mais depuis juillet 2016, il se développe pour traiter aussi désormais de l'essentiel de l'actualité rugbystique asiatique (hors japonaise).

Il est le petit dernier de la famille rugbystique asiatique, crée par Hinato, le fondateur du site désormais connu Japon Rugby

2015-2019 Asie Rugby. La référence francophone du rugby asiatique en France.