Corée: le rugby, une naissance sur fond d'ère coloniale
Auteur: 
Hinato
Publié le: 09/11/2015

1520203143-72984835lrge.jpg
Hirobumi Ito, résdent-général de Corée assassiné en 1909
Très peu connu, le rugby coréen a une histoire très ratachée à celui japonais. Il faut pour cela remonter à la domination coloniale du Japon sur la Corée. Tout commence le 17 novembre 1905. Ce jour-là, l'Empire du Japon impose un traité de protectorat à l'empereur Kojong suite à la victoire écrasante des nippons face aux russes lors de la guerre russo-japonaise (1904-1905). Les japonais forcent le souverain Kojong à abdiquer en faveur de son fils Sunjong en juille 1907. Mais ce traité n'est pas accepté par la population et un mouvement de résistance se met en place. 

Le 26 octobre 1909, le résident-général de Corée (et donc représentant japonais) Hirobumi Ito est assassiné par le militant indépendantiste coréen An Jung Geun. La réponse du Japon ne se fait pas sentir et sera forte: le 26 mars 1910, An Jung Geun est condamné par la cour coloniale nippone et exécuté. Mais surtout, le Japon annexe la Corée le 29 août 1910 et dépose le dernier souverain coréen de l'histoire, l'empereur Sunjong. Un gouvernement militaire est imposé et la Corée devient une province japonaise: la province de Chosun
L'assassinat d'Hirobumi Ito aura au passage augmenter à cette époque la haine des nippons envers la population coréenne. Arrestations et tortures se multiplient pour anéantir l'opposition et asseoir le régime colonial. Les funérailles du 1er mars 1919 du dernier roi de JoseonKojong, tournent à la protestation (le mouvement Samil). La répression japonaise sera sanglante: plus de 7 000 morts dont la jeune Yu Gwan Sun (18 ans) qui sera condamnée l'année suivante et découpée en trois morceaux au sabre. Dans ce pays occupé et humilié, la résistance s'organise.

Politique et militaire, elle devient aussi culturelle. En effet, la répression féroce du mouvement Samil a remie en cause l'efficacité de la méthode de l'occupant nippon. Une politique culturelle est installé par le gouverneur général japonais Saito Makoto. Ainsi par exemple, la langue japonaise devient langue officielle et est imposée à l'école aux jeunes coréens. Mais cela passe aussi par le sport, avec dès le début du siècle le base-ball et dans les années 20, le rugby! Le but était d'assimiler les coréens aux influences culturelles nippones.


 
1520203144-8974281008191408.jpg
Yu Gwan Sun, héroïne des mouvements de résistance coréens de 1919
1520203135-812175220pxsunjongofthekoreanempire.jpg
L'empereur Junsong, dernier souverain coréen de l'histoire et qui a abdiqué en 1910, laissant le pays aux mains du Japon
Le rugby est introduit officiellement en Corée en 1923. Il est présenté pour la première fois au peuple coréen le 22 novembre 1923 lors de la compétition nationale de football de Joseon. Suite à cela, Matsoka et Motoyama, deux anciens joueurs de rugby nippons font la promotion de ce sport dans la province de Chosun.

En 1927, ils créent 
Gyeongseon Rugby Football, la première association de rugby dans ce pays. Cette même année, les premiers coréens jouent au rugby: Dongyu YunChunwhan Kim et Mangil Kim sont parmis les quelques autochtones à jouer chez Gyeonseong Electricity. Le rugby émerge grâce à des équipes appartenant à des entreprises nippones.

Mais pour l'heure il n'y a pas encore d'équipes 100% coréennes. Le 26 octobre 1928, Seungyeol LeeSanguk SeoSeokyun Park,Jaehong Ahn et Gilyeong Lee, d'anciens étudiants ayant fait leurs études au Japon, fondent le premier club coréen de rugby de l'histoire: Gurak Club. Mais ce dernier peine à jouer un rôle essentiel dans le développement du rugby coréen face à la domination coloniale japonaise.

A la suggestion de 
Motoyama et Matsoka (encore eux), la Joseon Rugby Football Union voit le jour le 14 mars 1929. Dès lors, la ligue nationale du printemps de rugby football, première compétition coréenne de rugby, naît cette même année. Elle se déroule du 24 mars au 10 avril 1929.

La Joseon Rugby Football Union ouvre la voie à la création de Boseong Jeonmun Hakgyo en 1929 et celle d'autres écoles coréennes qui créent alors leur propre équipe de rugby. Arrivé sur le tard par rapport au base-ball, le rugby se développe à cette période à vitesse grand V dans le pays pour deux raisons essentielles:

-le rugby fait travailler tous les muscles contrairement au base-ball et était jugé plus nécéssaire pour la croissance physique et le développement de la jeunesse coréenne.

-le rugby était de loin le sport le plus abordable économiquement dans ce pays pauvre à l'époque pour rappel. Un ballon suffisait pour faire jouer 30 personnes sur un terrain.

Les japonais ont joué un rôle essentiel dans la diffusion du rugby en Corée. Mais comme dit, le rugby a été introduit dans ce pays à des fins impérialistes culturelles japonaises. Le but réel des nippons était de faire des coréens un peuple fidèle à l'empire du Japon. Un échec total sur ce point car c'est tout le contraire qui arriva. Le rugby allait devenir une des armes du nationalisme coréen. Les matchs devenaient ainsi l'occasion à chaque fois d'exprimer sa haine de l'occupant et de pouvoir taper l''ennemi, le tout dans les règles du sport. A cette époque, les matchs entre équipes coréennes et équipes japonaises ressemblaient à de véritables champs de batailles. Le rugby coréen se développait.

En 1932, on comptait ainsi déjà neuf clubs corpos et onze clubs scolaires. En 1934, la finale d'une compétition de la province de Chosun opposant Yangjeong Godeung Botong Hakgyo (équipe coréenne) à Gyeongseong Sabeom Hakgyo (équipe japonaise) L'équipe coréenne l'emporta 17 à 08. Une première qui vit une réclamation d'indépendance et de colère dans le stade. Voyant que le sport, dont le rugby, devenait de plus en plus un instrument pour exprimer des volontés d'indépendance, les japonais supprimaient en 1938 la Joseon Sport Association (1920-1938). En 1938, toutes les compétitions sportives coréennes (dont celle de rugby) passent sous le contrôle total du Japon dans le cadre du sport militariste.

Objectif: exploiter le sport comme un moyen de d'améliorer les capacités physiques des troupes au champ de bataille. A partir de 1943, comme au Japon, la plupart des activités sportives (dont le rugby) sont suspendues. Après la fin de la seconde guerre mondiale et de la colonisation japonaise, le pays est divisé en deux sur fond de guerre froide entre Etats-Unis et URSS. Le rugby va disparaître de la circulation dans la Corée du nord tandis qu'il survivra dans la Corée du sud. Mais il n'aura plus la popularité qu'il avait durant la colonisation nippone.

Il est devenu un sport très impopulaire. Pourquoi ce changement brutal? Tout simplement pour deux raisons:

- c'était il faut le savoir l'un des rares sports autorisés par les japonais auquel les coréens pouvaient pratiquer.

- par rapport aux autres sports, il était celui vu comme le moyen de faire la guerre à l'occupant nippon. Il était le sport idéal pour enseigner la haine du colonisateur et exprimer une consience nationale.

Utilisé 
à des fins impérialistes culturelles japonaises à l'origine, le rugby a grandi en Corée pour devenir le symbole numéro un du nationalisme coréen durant la colonisation nippone. Une histoire qu'aujourd'hui malheureusement, une poignée de seulement quelques individus en Corée du sud connaît...

La Korea Rugby Union voit le jour en 1946, soit 20 ans après la naissance de la Japan Rugby Football Union. La guerre de Corée passe par la suite et le rugby ne se développe que dans le sud. C'est à ce moment-là que le sport ovale coréen, jusqu'ici corporatif et universitaire, va apparaître dans les casernes du pays grâce à l'arrivée de troupes du Commonwealth.

Dans les années 60, le rugby émerge dans les entreprises, dans un pays en pleine croissance alors. Contrairement à l'époque coloniale japonaise, ce sont des clubs corpos sud-coréens et non nippons:
 SamsungPOSCO, etc...
1520203134-955335logokorearugbyunion.png
 

Le 16 mars 1969, la Corée du sud joue le premier match international de rugby de son histoire, face au Japon à Tokyo mais s'incline 23 à 05. Il faudra attendre le 11 novembre 1972 pour voir ce pays remporter le premier succès de son histoire, face au Sri Lanka (37 à zéro), lors du championnat d'Asie des nations. C'est dix ans plus tard, le 27 novmbre 1982, que la Corée du sud gagne une première victoire historique face au voisin nippon (12 à 09) et remporte ainsi au passage son premier championnat d'Asie des nations!

C'est la période de gloire de la sélection sud-coréenne qui règne alors sur le rugby asiatique (1982, 1986, 1988 et 1990). Le 17 mai 1987, les sud-coréens joueront même un test match de prestige à Brisbane face à l'Australie (défaite 65 à 18). Malgré cela, la Corée du sud ne sera pas invitée pour la toute premère coupe du monde de rugby de 1987, le Japon étant préféré à sa place pour représenter l'Asie.

Eliminés en phases de poules Asie/Océanie pour 1991,les sud-coréens échoueront en finale asiatique face au Japon (26 à 11) pour l'édition de 1995. Qualifiée pour les repêchages de la coupe du monde de rugby de 1999, la Corée du sud est surprise aux Pays-Bas (31 à 30) avant de pulvériser les hollandais à la maison (78 à 14). Mais au second tour décisif, l'équipe asiatique ne fait pas le poids face aux redoutables tongiens: défaite 58-26 aux Tonga puis 15 à 82 au retour.

En 2002, la Corée du sud retrouve une suprématie éphémère sur le continent asiatique: médaille d'or aux Jeux Asiatiques d'Ulsan après sa victoire 45 à 34 contre le Japon et 5ème titre historique dans le championnat d'Asie des nations après un succès 22 à 20 face à ces mêmes nippons. Mais à nouveau deuxième des qualifications asiatiques derrière le voisin nippon, les sud-coréens retrouvent les Tonga en repêchage de la zone Asie/Océanie. Ils sont écrasés 75 à zéro puis 119 à zéro.

1520203139-501555781.jpg
Le 10 février 2007, la Corée du sud est pulvérisée 85 à 03 par les Tonga en match de barrage pour la coupe du monde de rugby

A nouveau deuxième asiatique d'arrière le désormais intouchable Japon, la Corée du sud affronte les Tonga une fois de plus en repêchage de la zone Asie/Océanie. Ils ne feront pas le poids (défaite 85 à 03). C'est la dernière fois que ce pays jouera un match de barrage qualificatif pour la coupe du monde de rugby. Derniers du tournoi des 5 nations asiatiques en 2010, les sud-coréens sont relégués en Division 1 (2ème division asiatique). Ils remontent aussi sec l'année suivante. En 2012 et 2013 ils remportent deux succès encourageant face à Hong Kong (21 à 19 et 43 à 22).

Mais la Corée du sud passe totalement à côté lors du choc décisif en 2014, s'inclinant lourdement 39 à 06 contre Hong Kong et disant adieu à un match de barrage contre l'Uruguay. Depuis 2015, les sud-coréens évoluent dans le nouveau Top 3 asiatique (avec le Japon et Hong Kong) où ils auront montré de très belles choses, inquiétant les Brave Blossoms lors du match aller (défaite 30 à 56) et prenant leur revanche contre les hongkongais (33 à 26) avant de s'incliner dans un scénario improbable au match retour (38 à 37). Emmenés par des joueurs talentueux (Kim Kwangsik, Park Soon Chai
Shin Ki Chul, Oh Youn HyungKim Nam Uk, Jegal BinJang Sung Min, etc...), la Corée du sud aura comme objectif principal de participer à sa toute première coupe du monde de rugby en 2019, au Japon!

1520203147-926239746854110112908782464855725664123323731858906081n.jpg
L'ailier Jegal Bin, phénomène actuel de la Corée du sud!


  • Kenzaki dit :
    10/11/2015

    C'est magnifique de découvrir cette rivalité qui existait à l'époque coloniale.

  • Tokyro dit :
    9/11/2015

    Excellent article Hinato!

  • ASIE RUGBY
    L'actualité du rugby asiatique


         visiteurs
           
    Crée en 2015, Asie Rugby (à l'origine Corée rugby) était un site dédié au rugby sud-coréen. Mais depuis juillet 2016, il se développe pour traiter aussi désormais de l'essentiel de l'actualité rugbystique asiatique (hors japonaise).

    Il est le petit dernier de la famille rugbystique asiatique, crée par Hinato, le fondateur du site désormais connu Japon Rugby

    2015-2017 Asie Rugby. La référence francophone du rugby asiatique en France.