Pour une coupe du monde de rugby à 24 équipes?
Auteur: 
Hinato
Publié le: 11/01/2017


1520334467-7463457778403908lacoupewebbellisatwickenhamenmai2013.jpg
 
Le conseil de la FIFA vient de voter à l'unanimité la réforme qui va voir la coupe du monde de football passer de 32 à 48 équipes dès l'édition de 2026. Choix évidemment politique, elle va permettre à plus de petits pays de "croquer" et de pouvoir enfin participer à cette compétition sportive majeure sur le plan international. L'Afrique et l'Asie, deux continents souvents laissés aux oubliettes, sont les grands gagnants de ce changement à venir.

Alors que la coupe du monde de football méritera plus que jamais son nom, sa cousine, celle de rugby, reste encore à son format de 20 équipes (quatre poules de cinq). Un fait qui risque ainsi de voir le Japon (pays hôte) être le seul représentant asiatique de son continent lors de la coupe du monde de rugby de 2019 alors que World Rugby prétend vouloir mondialiser le ballon ovale sur des territoires assez déserts encore (Afrique et Asie).

Car avec son format à 20 équipes et les performances catastrophiques des équipes du Pacifique lors de l'édition de 2015 en Angleterre, l'organisme international du rugby à XV et à 7 a modifié les phases de qualification pour la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon en favorisant clairement les Fidji, Samoa et Tonga au détriment du continent asiatique!

Un comble alors que World Rugby nous répète sans cesse vouloir faire avant tout de cette édition dans deux ans la coupe du monde de rugby de l'Asie! A force de rester dans son modèle conservateur, le rugby à XV est en train de se mettre une balle dans le pied et de voir le rugby à 7 gagner en popularité à sa place. Plusieurs nations n'hésitent ainsi plus à favoriser le sevens au détriment du XV, voyant les portes fermées pour ce dernier.

Si World Rugby veut vraiment développer le rugby à XV sur la scène internationale, plusieurs choses paraissent essentielles:

-intégration de franchises de petits pays dans des championnats majeurs (exemple avec la possibilité de voir un jour une équipe sud-coréenne en Top League japonaise). Car contrairement au football, qui dispose d'une centaine de championnats professionels environ, le rugby n'en recense en gros qu'une dizaine à travers le monde.


-augmentation nette du nombre de tests matchs des nations du Tiers 2 et Tiers 3 mondial face à des équipes plus fortes.

-passage d'un format de 20 à 24 équipes à la coupe du monde de rugby


Si l'édition de 2019 au Japon restera à son modèle connu, la prochaine coupe du monde de rugby de 2023 (en France, Afrique du sud ou Irlande?) pourrait connaître un bouleversement majeur avec un passage à 24 nations. Mais à l'heure d'aujourd'hui, plusieurs arguments vont dans le sens de ne pas étendre la compétition à 24 équipes:

-le rugby est un sport moins mondialisé que le football et ne se concentre essentiellement que sur l'Océanie et l'Europe de l'Ouest + Amérique du nord, Afrique du sud, Japon, Argentine, Géorgie et Roumanie. En huit éditions, seuls 25 pays ont participé à la coupe du monde de rugby contre 82 pour la coupe du monde de football (en 20 éditions toutefois).

-les petites équipes qui débarqueraient pourraient prendre des claques monumentales face aux grosses nations à l'image de ce qu'ont connu le Japon et la Namibie par exemple dans le passé.

 
Les 25 pays à avoir participé à une coupe du monde de rugby depuis 1987

1520334464-8371555815.jpg

Les 82 pays à avoir participé à une coupe du monde de football depuis 1930
 
1520334461-962536foot.jpg
 
Mais plusieurs arguments viennent au contraire donner du sens à ce passage à 24 équipes:

-les petites nations prennent de moins en moins de grosses râclées en coupe du monde de rugby (aucune à trois chiffres lors de la dernière édition en Angleterre. Plus gros score, un Afrique du sud/Etats-Unis (64 à zéro).

-avec six poules de quatre équipes, toutes les nations auront enfin un calendrier identique lors de la phase de poules. Ce sera donc terminé de l'avantage de certaines (grosses) sélections par rapport à d'autres.

-le rugby à XV deviendra un peu plus mondial avec la participation de nouvelles équipes comme le Chili, Hong Kong, le Kenya ou pourquoi pas aussi le Brésil, l'Algérie, la Corée du sud et l'Allemagne.

-l'extension de la compétition favorisera la volonté de développement du rugby à XV dans certains gros pays à potentiel énorme (économique et sportif) comme le Brésil et la Chine. L'arrivée de tels géants permettrait aussi il ne faut pas se cacher de faire exploser les droits TV (grâce notamment au géant chinois).

En conclusion, il est clair que le rugby à XV n'est pas prêt d'avoir une coupe du monde à 32 équipes (et encore moins 48) comme le football en raison de son faible réservoir, mais le passage à 24 équipes est très envisageable dès l'édition de 2023 et serait un pas énorme fait par World Rugby pour enfin faire de sa compétition, bien trop consanguine à l'heure actuelle, une véritable compétition sportive à la dimension mondiale.

  • Erik dit :
    13/9/2018

    Une super idée qui a été entendue visiblement :)
    Un format à 24 prendrait de mon point de vue tout son sens uniquement si la phase finale commence aux 8e de finales et pas aux qarts.

  • cartonzm dit :
    11/9/2018

    C'est une idée nul sa enlèvera tout l'intérêt pour la phase de poules on se fiche un peu de voir un Namibie/USA ou un Canada/Russie sa veut dire que des équipes comme la Nouvelle-Zelande, l'Angleterre ou l'Afrique du Sud commenceront la compètition a partir des matchs a élimination directe sa veut dire 3 ou 4 matchs pour être champion pfff

  • yves attia dit :
    30/7/2018

    100% d'accord rien ajouter

  • Yves ATTIA dit :
    23/4/2017

    D'accord avec vous à 300%
    Tout est dit dans votre article

  • ASIE RUGBY
    L'actualité du rugby asiatique


         visiteurs
           
    Crée en 2015, Asie Rugby (à l'origine Corée rugby) était un site dédié au rugby sud-coréen. Mais depuis juillet 2016, il se développe pour traiter aussi désormais de l'essentiel de l'actualité rugbystique asiatique (hors japonaise).

    Il est le petit dernier de la famille rugbystique asiatique, crée par Hinato, le fondateur du site désormais connu Japon Rugby

    2015-2019 Asie Rugby. La référence francophone du rugby asiatique en France.